dimanche 1 avril 2007

4 mois et demi et 200 messages plus tard...

Depuis que j'ai ouvert ce blogue, le 12 décembre 2006, j'ai posté 200 messages. Tranquillement-pas-vite, le blogue trouve ses lecteurs. Bonjour à vous!

Une goutte d'eau dans l'océan

Plusieurs s'illusionnent sur la portée des blogues et d'internet. Franchement, c'est pas la mer à boire! Sur les lignes a eu 4,565 visites depuis le début pour 7,776 pages vues, une moyenne quotidienne de 59 visites pour 88 pages vues. Impossible de savoir ce que ça représente exactement, sinon que vous êtes de plus en plus nombreux et nombreuses à venir ici... Mon compteur, en tout cas, indique une progression! Mais je suis conscient que c'est une goutte d'eau dans l'océan par rapport à l'auditoire que je peux avoir autrement, à la radio par exemple.

Il y a quand même un intérêt réel à être sur le web. Au début j'ai essayé de faire de la pub pour le blogue en utilisant les listes, les sites et les forums de gauche. Ça bien marché et ça a permis de mettre le blogue sur la mappe. Sauf que la majorité des gens arrivent ici par hasard, via mon plus fidèle allié : google. Être sur le web permet de rejoindre des gens au hasard des recherches. C'est comme la radio et les journaux communautaires mais pour un autre public et sur une base quotidienne.

Les blogues...

Avant de lancer Sur les lignes, je ne connaissais rien à la blogosphère. Ma connaissance des blogues se limitait à Mère indigne et Takefu. Je ne sais pas trop pourquoi mais je m'attendais à ce que le monde des blogues "sérieux" soit de gauche, un univers peuplé de mini-indymedia personnels. Mais non, la blogosphère est à droite et pas à peu près! Il n'y a à peu près pas de blogues de gauche intéressant (...de fait, il n'y a pas beaucoup de blogues intéressants tout court, mais bon, c'est une autre histoire). Sur le web comme ailleurs, l'expression de gauche est essentiellement collective et passe par des sites comme la Tribu du verbe ou Presse toi à gauche!. Raison de plus pour persévérer à faire Sur les lignes.

...ce blogue

J'ai voulu que Sur les lignes évite autant que possible le "moi-je-pense-que". Premièrement, parce que ce n'est pas si intéressant que ça et, deuxièmement, parce qu'il y a un déficit d'information sur le mouvement syndical. Je voulais que le contenu soit d'abord et avant tout journalistique : communiqués, brèves, articles de hard-news ou longues analyses, commentaires éditoriaux, plogues, tout y a passé. Faute de moyens, et de temps, j'ai dû me contenter d'un travail de journalisme sédentaire (desk comme disent les américains). C'est-à-dire que je ne peux pas me permettre de faire dans le reportage, ce qui impliquerait d'aller sur le terrain pour devancer les évènements, et que je dois attendre que la nouvelle se manifeste (sous forme de communiqués ou, plus rarement, de tuyaux du milieu). Et même là, je dois laisser passer plus de communiqués que je n'en traite.

La campagne électorale a été une période difficile. Il me semble qu'il y aurait eu tant de chose à dire! Je suis conscient que j'ai dévié de ma ligne de conduite et que la proportion de commentaires éditoriaux a dépassé la moyenne. Je constate qu'il y a un manque du côté du commentaire politique et de l'analyse mordante de gauche. Ceci dit, ici c'est pas la place. C'est pourquoi je travaille actuellement sur un autre projet de blogue politique. Plus de détail bientôt.

3 commentaires:

Zero a dit...

Le blogue est d'excellente qualité ; quant à l'auditoire, il ne peut qu'augmenter, si la régularité se maintient.

Oui la blogosphère est à doite, et au lendemain des élections, la première idée qui m'est venue est bien d'ouvrir un blogue de gauche, essentiellement pour faire chier la droite et ne pas leur laisser le terrain. Il manque beaucoup d'analyse de discours et de critique sociale en ligne, et de fait la place est laissée à l'opinion personnelle qui, dans le cas des blogues politiques, s'incarne souvent en discours dogmatiques (je pense bien sûr à la coalition des esprits prétendus libre).

Encore du travail à faire...

Nicolas a dit...

Merci pour les bons mots.

En passant, j'étais sur que tu étais, seul ou en groupe, derrière "Lève ta jupe". C'est pas "un blogue de gauche" ça?

* * *

Zero a dit...

Je suis effectivement "seul ou en groupe", ça dépend de l'heure, sur ltj ; par contre, à moins qu'on ne puisse relier la scatologie à une option politique, ltj est plus une insulte culturelle à tous les niveaux de la culture, même si je me rend compte que l'actualité politique prend beaucoup de place présentement. Tant mieux.