mardi 9 octobre 2007

La FIQ et la mode...

La Fédération interprofessionnelle de la santé (FIQ, ex-Fédération des infirmières) est heureuse que les organisateurs de la Semaine de la mode de Montréal aient décidé de n'embaucher que des mannequins de plus de 16 ans ne présentant pas de signes d'anorexie.

«C'est une décision qui démontre que le milieu de la mode peut changer et nous ne pouvons que nous en réjouir», de dire Lina Bonamie, présidente de la FIQ. Pour la Fédération, il est important de souligner publiquement les gens qui ont le courage de prendre de telles décisions afin que d'autres en soit inspirés. «C'est ainsi que les choses vont changer», de poursuivre madame Bonamie.

La Fédération, composée à 90% de femmes, se dit extrêmement sensible à la condition féminine. Pour le syndicat, il ne fait aucun doute que les femmes sont sensibles aux images véhiculées par l'industrie de la beauté, de la publicité et de la mode. «Ce qui dérange, ce sont ces images , trop souvent, invraisemblables. Il est donc impératif de renverser la vapeur et promouvoir la diversité des images corporelles». Pour la présidente de la FIQ, cette question est d'autant plus importante puisqu'il en va de la santé des femmes. «La promotion d'images stéréotypées a un impact direct sur la santé physique et mentale des femmes. Physique par le recours à des chirurgies esthétiques et mentale en contribuant à miner leur estime d'elle-même. Il est grand temps que la société se questionne sérieusement sur tous les enjeux que soulèvent la question de l'image corporelle».

1 commentaire:

Renart L'éveillé a dit...

Patrick Dion de Branchez-Vous! vous fait honneur ici. Si vous ne le saviez pas déjà!